Trois siècles de démographie historique à Sèvres

1550 – 1869

 

Table des matières

 

1.     Naissances

En bleu avant 1793, en rouge après 1793

On constate 5 phases :

·         1540 – 1630 : plateau autour de 20 naissances par an

·         1630 – 1740 : plateau autour de 50 naissances par an

·         1740 – 1820 : croissance régulière de 60 naissances par an à 120 naissances par an

·         1820 – 1855 : plateau autour de 160 naissances par an

·         1855 – 1869 : plateau autour de 200 naissances par an

 

2.     Mariages

En bleu avant 1793, en rouge après 1793

On constate 2 phases :

·         De 1550 à 1770 : en moyenne 10 mariages par an,

·         Après 1770 : croissance continue de 10 mariages par an à 45-50 mariages par an

 

3.     Décès

En bleu avant 1793, en rouge après 1793

On constate 4 phases :

·         De 1650 à 1780 : en moyenne 50 décès par an,

·         De 1780 à 1825 : en moyenne 70 décès par an,

·         De 1825 à 1855 : en moyenne 130 décès par an,

·         Après 1855 : en moyenne 160 décès par an,

 

Espérance de vie

La mortalité infantile (proportion d’enfants morts avant l’âge de 10 ans) est très importante à Sèvres, comme partout ailleurs en France, jusqu’au 19ème siècle. Elle est de 57% au 17ème siècle et diminue à 45% au début du 19ème siècle (jusqu’en 1862). Néanmoins la proportion d’enfants morts dans leur première année reste stable, autour 25%, pendant ces 3 siècles.

Au cours de ces 3 siècles, on voit aussi nettement sur le graphe ci-dessous que l’on vieillit progressivement plus longtemps. Le nombre de personnes mourant au-delà de 61 ans passe de 11 % au 17ème siècle à 25% pour la première moitié du 19ème siècle. Le plus grand âge de décès est 99 ans : il s’agit de Madame Marguerite BIGE qui est décédée à Sèvres le 04 janvier 1776.

On vivait de plus en plus vieux à Sèvres !

Epidémies

On note l’effet des différentes catastrophes et épidémies. Les épisodes les plus dramatiques et les plus évidents sont les épidémies de choléra d’avril 1832, de juin 1849 et de juillet 1854. L’importante épidémie de choléra de 1832 débuta à Paris en mars. L’épisode de 1849 commença également en mars mais sembla alors bénin, il explosa à partir de juin à Paris (comme à Sèvres).

 

 

 

 

4.     Excédent naturel

L'excédent naturel de la population est égal au nombre de naissances (ou de baptêmes, avant 1792) moins le nombre de décès (ou de sépultures) par année. Il est calculé annuellement de 1670 à 1850. A partir de 1750, l’excédent naturel annuel, qui était globalement nul, est positif presque tout le temps, sauf les années de grande épidémie (surtout en 1832 et 1849).

En calculant le cumul de l’excédent naturel annuel, on constate, qu’après avoir connu une petite période de croissance entre 1660 et 1680, la population sévrienne, hors migration, reste stable entre 1670 et 1740. C’est à partir de 1740-1750 qu’elle augmente très régulièrement de 26 personnes par an pour atteindre un solde positif de 3000 personnes en 1849.

En 1756, avec l'arrivée de la Manufacture de Porcelaine, commence à Sèvres une réelle augmentation de la population. Les seuls renseignements que nous possédons sur cette époque sont :

·         1709 :  910 habitants  pour 223 "feux", d'après le curé de St. Romain

·         1790 : 2703 habitants pour 700 "feux", d'après le recensement.

Un "feu" est un foyer fiscal.

 

5.     Répartition des naissances, des mariages et des décès dans l’année

 

 

 

A Sèvres, on nait principalement en hiver, on meurt beaucoup entre août et octobre. Mais à quelle époque se mariait-on à Sèvres ? Avant la Révolution, on évite de se marier en mars et décembre car c’est le Carême et l’Avent. Après la Révolution, le nombre de mariage triple presque et seul subsiste une diminution relative en mars lors du Carême. Concernant les décès, on meurt surtout en été (août-septembre). A noter l’impact des deux épisodes de choléra en 1832 et 1849 qui augmentent à eux seuls sensiblement la mortalité moyenne entre avril et juin.

6.     Professions relevées dans les actes de mariage au 18ème siècle

Professions les plus fréquentes

Par ordre d'importance :

VIGNERON 

131

TERRASSIER 

12

BLANCHISSEUR 

65

CHARPENTIER

12

JOURNALIER 

50

MENUISIER 

12

TONNELIER 

26

DOMESTIQUE 

12

TAILLEUR en habits 

19

BOULANGER 

11

MARCHAND de VIN 

16

PERRUQUIER 

11

La profession la plus importante de Sèvres est évidemment la vigne, mais il faut remarquer qu'entre le début et la fin du 18°siècle le nombre de vignerons diminue (72 à 59) alors que les blanchisseurs passent de 19 à 46.

Beaucoup de nouvelles professions (de luxe, etc. ...) comme les Perruquiers passent de 0 à 11.

Ensuite par ordre d'importance, nous avons relevé :

SERRURIER 

11

AUBERGISTE 

4

MARCHAND

10

COMMIS cave du Roy 

4

CHARRON 

9

PECHEUR

4

CAVALIER maréchaussée

9

CHIRURGIEN

4

ECUYER 

8

EPICIER 

4

BOUCHER 

8

GENTILHOMME de  verrr.

4

PLATRIER 

7

LABOUREUR 

4

BOURGEOIS

7

MEUNIER 

4

MARECHAL-FER

7

COUVREUR 

3

PATISSIER 

7

ENTREPRENEUR bat.

3

GARDE des plaisirs du Roy 

6

FONDEUR verre 

3

SUISSE

6

ORFEVRE

3

AVOCAT 

5

FORAIN

3

TAILLEUR de pierre

5

POSTILLON

3

BOURLIER 

5

GARçON de cave d.Roy

3

TISEUR de verrerie

5

SOLDAT 

3

TOURNEUR

4

CARLEUR 

2

 

Professions dites "remarquables" de certains habitants de Sèvres :

BAYLE 

Louis 

Attaché au service de Mgr. le prince de LAMBESC

CHAMPION 

Jean Charles 

Avocat au  baillage et siège présidial de CHARTRES

QUATRESOUX de la MOTTE 

Avocat au parlement

BOUDIN 

Pierre Louis 

Cavalier de maréchaussée de la brigade de Sèvres

MAGNIER 

Noël 

Cavalier de maréchaussée de la Prévôté d'Isle de France

MARAIS 

Pierre 

Cavalier de robbe courte

LENOBLE 

Pierre Olivier 

Concierge du gouvernement de Bellevue

PERREE 

Pierre 

Concierge du Relais de Mgr. le comte d'ARTOIS

BETANCOURT 

Louis 

Courrier de Mgr. le duc de PENTHIEVRE

GAILLOTEAU

 Louis 

Courrier des Petites Ecuries du Roy

LEFOURNIER d'YANVILLE 

Ecuyer du Roy

GAULTRON 

Henry 

Ecuyer, l'un des Gardes du Corps de MONSIEUR

BOULlIETTE 

Michel

Ecuyer, ancien conseiller du Roy à la chambre des comptes

ROBERT 

André 

Garde-pèche du Roy

BUARD 

Jean

Garde des plaisirs du Roy

DOUARD 

Jean

Jardinier de Mgr. le duc d'ORLEANS

SENTIER

Jean 

Jardinier de Mgr. le duc de BRANCAS

BOURON

Guillaume

Maitre en chirurgie

LEPREUX 

Claude

Voiturier par eaux en marchandise de poissons d'eau douce

ROUVAUX

Henry 

Notaire au Chatelet de Paris

BULET

René 

Rotisseur de Mgr. le duc d'AIGUILLON

REGNAULT

Jacques

Sergent au régiment de la Garde du Roy

DURANTE

Janvier

Suisse (garde du Roy)

SLETLER

Abraham Samuel 

Suisse du parc de Mesdame de France, château de Bellevue

PARIS

Claude

Suisse du Roy au château de Meudon

BOUDIN

Jacques Léon

Tambour de la Garde soldée de Paris

PAYEN

Jean Pierre

Tonnelier aux Caves de la Reine

VARLET

Jean Baptiste

Valet de pied de son altesse Mme la princesse d'Armagnac

 

7.     Patronymes les plus fréquents dans les actes de mariage à Sèvres au 18° siècle

FEUCHÉ 

71

FIRLY 

26

BRETON

46

DESAILLY 

25

DROUARD

39

THAVENET 

23

DUVAL

35

VERDIER 

22

LEROUX

32

CHARTIER

21

BARAT 

27

DORANGE 

20

 

Retour à la page de garde